IDELUX promeut le territoire parce que prospérité rime avec prospection

Contribuer au bien-être de la population luxembourgeoise, c’est aussi lui permettre d’accéder à de bons jobs à proximité. Mais rien n’est donné. Pour que des entreprises investissent ici plutôt qu’ailleurs, il faut « se battre ». Entendez trouver les bons interlocuteurs, les rencontrer et les convaincre. C’est ce que fait IDELUX depuis 1962. Avec succès.

Agence de développement du Luxembourg belge, IDELUX oeuvre à la prospérité économique de sa région. Le premier levier de son action, c’est le respect de celles et ceux qui y entreprennent déjà. « Nous connaissons le tissu économique de notre région et cherchons avant tout à identifier et à trouver les chaînons manquants, en fonction des opportunités, du contexte et de nos atouts face à la concurrence forte d’autres régions. »

Pratiquement, la prospection reste un métier exigeant, notamment du fait de cette concurrence interrégionale mais aussi parce que la décision de s’implanter sur un territoire est un engagement lourd de conséquences pour l’investisseur. Logiquement, il soupèse au mieux les différents aspects de son projet. Sa concrétisation prend du coup parfois plusieurs années.

« Nos leviers d’action, outre les contacts directs passent par une présence sur des salons soigneusement ciblés, la collaboration avec des consultants spécialisés, l’apport de plus en plus important de campagnes digitales. Nous pouvons aussi compter sur la collaboration de l’Agence Wallonne à l’Exportation (l’AWEX). Celle-ci nous transmet régulièrement des projets que nous suivons avec attention. »

Anvers

Comme toute entreprise, IDELUX compose aussi avec les opportunités qui se présentent. Ainsi, la pandémie actuelle conduit certaines industries à se relocaliser en Europe. De même, le Brexit ouvre, a priori, la possibilité d’accueillir des entreprises qui veulent rester présentes sur le marché européen. Cybersécurité, e-commerce, impressions 3D, … : la révolution numérique est porteuse de changements significatifs dont l’équipe de prospection tient compte. Il en va de même avec la révolution climatique en cours.

Une prospection réfléchie 

Outre la recherche active de complémentarités avec les entreprises déjà présentes – les fameux chaînons manquants, IDELUX structure sa prospection au départ de plusieurs lignes de conduite : « Nous voulons privilégier les activités à valeur ajoutée et pourvoyeuses d’emplois. » 

À la croisée de l’Allemagne, de la France et du Grand-Duché de Luxembourg, la région est au coeur de grands courants d’affaires européens. Les raisons qui ont déjà convaincu de nombreux investisseurs ? Dans un rayon de 320 kilomètres vivent environ 58 millions de personnes qui disposent d’un pouvoir d’achat élevé. Le Luxembourg belge dispose encore d’espace pour entreprendre, à un coût raisonnable et surtout dans un cadre de vie exceptionnel où, par exemple, les embouteillages sont plutôt rares. Sa situation géographique lui permet d’offrir un maillage routier, ferroviaire, aérien et télécom performant. Enfin, et ce n’est pas la moindre des raisons : la région est aussi située au coeur d’un bassin de main-d’oeuvre disponible, qui plus est avec un climat social favorable.

Cinq axes d’activités sont privilégiés par la prospection d’IDELUX, sans exclusive bien sûr : l’agroalimentaire, le bois, les sciences du vivant, le spatial et la logistique. Si les scieurs sont très présents en province de Luxembourg, il y a de la place pour accueillir, par exemple, de la production de parquets massifs ou de la seconde transformation de bois feuillus.

Dans les sciences du vivant, comme dans le spatial, la prospection d’IDELUX peut s’appuyer sur un acteur clé : le CER (Marloie et Aye) et l’Agence spatiale européenne (Redu, Transinne). IDELUX a développé le centre d’entreprises Novalis à Aye, 6 000 m2 dédiés aux sciences du vivant. D’autres infrastructures (halls, labos, bureaux) sont en cours de réalisation pour accueillir des entreprises.

Novalis boost up center

À Transinne, autour du centre d’entreprises, un nouveau parc d’activités économiques est appelé à se développer avec la présence de l’Euro Space Center, du GILSC (Galileo), de l’ESA, ...

Situé à la confluence de grandes régions industrialisées, le Luxembourg belge prend appui à la fois sur le Terminal Container d’Athus – qui n’est désormais plus à proprement parler un terminal puisqu’il est maintenant relié au réseau ferré qui dessert le sud de l’Europe - et à Ardenne Logistics. Deux sites majeurs qui permettent de prospecter de nombreux acteurs spécialisés dans la logistique et le transport.

Régions prospectées

Nos voisins de Flandre sont tout naturellement des interlocuteurs privilégiés. D’autant qu’ils apprécient depuis longtemps l’état d’esprit entreprenant qu’ils rencontrent dans le Luxembourg belge. L’équipe de prospection d’IDELUX identifie des entreprises flamandes et les contacte directement, d’initiative. Sur place, un club des entrepreneurs flamands qui ont investi dans la région les réunit deux fois l’an. C’est un réseau qui peut être aussi « apporteur d’affaires »
en relayant les atouts de la province de Luxembourg vers d’autres entreprises flamandes.

Au-delà de la Flandre et du marché intérieur, IDELUX déploie sa prospection au Grand-Duché de Luxembourg, en France et - dans une moindre mesure jusqu’à présent - en Allemagne. Sans oublier les liens historiques qui lient la région aux États-Unis, en particulier au Texas.

Réseaux sociaux tous azimuts

Le coeur de la prospection, ce sont les réseaux sociaux, physiques et virtuels. Un site 100 % dédié aux investisseurs - investinluxembourg.be - leur permet de se faire une première idée des atouts de la région. Chaque mois, il est alimenté en contenus de qualité. Parallèlement, 8 à 10 campagnes digitales sont conduites sur LinkedIn au départ de contenus d’actualité.
Les réseaux sociaux digitaux ont permis de compenser la disparition de nombreux contacts directs depuis mars 2020. IDELUX se rend en effet habituellement sur de nombreux salons de référence pour établir des contacts de qualité avec de nouveaux prospects. En 2021, plus de 300 contacts directs ont ainsi été entretenus avec les seules entreprises flamandes. Car c’est une constante en prospection : il faut ouvrir énormément de contacts pour aboutir à une nouvelle implantation.

Résultats 

En une dizaine d’années, les campagnes de prospection conduites par IDELUX ont permis d’accueillir une trentaine d’entreprises. Elles ont investi plus de 300 millions d’euros et ont permis de créer plus de 800 emplois.

Quelques exemples ? Le centre de distribution de Lidl et ICT Truck (Marche-en-Famenne),
GLS Belgium (Habay), Van der Valk (Arlon-Weyler), Q-Food (Ardenne Logistics, Neufchâteau), Luxfly (Arlon-Sterpenich) ...

Q-food_Ardenne-1

Perspectives

Quant aux perspectives, elles sont plutôt bonnes pour notre région. Outre la volonté de relocaliser certaines activités industrielles en Europe, la situation sanitaire a relativisé l’attrait du « just in time » à tout va. Même si le stockage coûte cher, plusieurs sociétés veulent à nouveau disposer de stocks stratégiques pour garantir la continuité de leurs activités. Et, une fois qu’elles s’implantent, elles choisissent le plus souvent de travailler avec des architectes, des constructeurs, des transporteurs locaux. Tout bénéfice pour nos entreprises.

envie de vous développer dans la région ? 

Comment investir en Luxembourg belge ?